mardi 22 juillet 2014

Polar en cabanes 2014, présentation dans la Dépêche du bassin du 5 juin dernier

SALON POLAR EN CABANES.
La troisième édition du roman noir Polar en cabanes donne rendez-vous les 27
et 28 septembre au port de Larros.
Le polar de guerre pour une rentrée noire
Avec un plateau toujours attrayanle salon “Polar en cabanes” de
Gujan fait partie des rares rendez-
vous du genre dans la région.
Cette année, une thématique a été
retenue celle du polar de guerre.
Le petit salon qui pointait le bout
de son nez il y a trois ans a désormais
fait ses preuves et continue
de donner ses lettres de noblesse
au roman noir. Aux commandes de
cette expédition Bernard Daguerre
le président de l’association Les
Amis de Chester Himes soutenu
par ses adhérents. L’homme, passionné
de polars, et rédacteur au
sein de revues spécialisées dans
le cinéma et le polar, fait jouer son
réseau pour établir une sélection
d’auteurs connus mais aussi de
petits trésors qu’il déniche au gré
de ses rencontres dans ce milieu
qu’il connaît bien.
Cette année le thème de la
guerre marquera cette édition.
Deux auteurs allemands Göran
Hachmeister et Richard Birkefeld
seront invités à cette occasion et
présenteront leurs ouvrages avec
une rencontre littéraire. Comme
chaque année, des débats sont
prévus, des reconstitutions, des
ateliers dans les cabanes avec la
police judiciaire, ses portraits robot
et ses études d’ADN. Un débat
autour de Chester Himes animé
par Sylvie Escandre s’ajoutera
au programme. Sur la liste figurent
Sébastien Gendron, Jeanne
Faivre d’Arcier, Thomas Arden,
Daniel Thierry, Stéphanie Benson,
Hervé Le Corre et Marin Ledun
entre autres. La bande dessinée
sera représentée avec Barthol,
Daniel Ceppi, Mako, Max Ducos,
ou encore Nathalie Bernard. « Un
lien sera fait entre la littérature du
roman noir et la littérature générale
avec Louis Guilloux qui a écrit
sur la Première et la Deuxième
Guerre mondiale avec “Ok Joe” et
“Le sang noir” », explique Bernard
Daguerre. D’autres débats autour
de la littérature populaire et policière
pendant la 2e Guerre ondiale
avec François Rayer sont également
à l’affiche de cette édition.
La scène de crime a été enlevée
du programme cette année mais
elle est remplacée par un rallye
avec une énigme policière à trouver.
Une initiative qui s’adresse aux
enfants et aux adultes le samedi
après-midi.
Un volet scolaire
Le salon du polar sera l’occasion
de tisser des passerelles avec les
scolaires, les classes de primaires
de Gujan mais aussi le secondaire.
Stéphanie Benson, auteur de polar
mais aussi maître de conférence
et de didactique à Bordeaux 3
interviendra en classe de Cm2
pour la rédaction de nouvelles
policières. Didier Daeninckx s’intéressa
particulièrement aux classes
de 1ères et terminales du lycée de
la Mer pour travailler à partir de
ses romans avec un dessinateur.
Dominique Dayau de la police judiciaire
de Bordeaux interviendra à
son tour au lycée de la Mer.
« Un travail étroit entre la médiathèque
et la bibliothèque de prêt
est établi », ajoute le président.
Cette année encore, le roman noir
se mettra à l’heure gujannaise
avec des rencontres avec des
auteurs qui font l’actualité comme
Hervé Le Corre et son dernier polar
“Après la guerre” plébiscité partout
dans les médias.
[ Fabienne AMOZIGH ]
SALON POLAR EN CABANES. La troisième édition du roman noir Polar en cabanes donne rendez-vous les 27
et 28 septembre au port de Larros.
Le polar de guerre pour une rentrée noire
Bernard Daguerre le président de l’association des Amis de
Chester Himes à l’initiative de Polar en cabanes, annonce un 3e
salon pour septembre sur le thème de la guerre.
Une trentaine d’artistes de la
région ont exposé le week-end dernier
au Salon du Violon d’Ingres.
Peintres, sculpteurs, photographes
et artisans d’art se donnent ainsi
rendez-vous au Cap-Ferret tous
les deux ans pour exposer leurs
dernières réalisations. Le prix
artisanat d’art a été remporté
cette année par Maïté Amiell et
son atelier “Divine comédie”,
pour ses masques, loups et faceà-
main montés sur bâtons. Elle
s’est lancée il y a 30 ans, une
« passion » liée à son amour de
Venise, à l’opéra et à l’histoire.
Peut-être aussi une réminiscence
des contes de son enfance, des
châteaux et de tout ce qui leur
est lié… « J’ai voulu faire ressortir
la féérie des bals masqués et
des “bals parés” en France »,
explique-t-elle. Férue d’histoire,
intarissable sur le 18ème siècle et
les carnavals, elle essaie de « faire
revivre les choses d’autrefois », de
recréer « le raffinement » de cette
époque et « la fantaisie » des bals
de cour. Elle récupère des matériaux
anciens dans les brocantes
et dans les vieilles merceries, ou
chez les fabricants, par exemple
des “plumes parées”, des boutons,
des tissus, des bijoux même…
Son inspiration lui vient parfois de
ces matériaux chinés, qui vont lui
faire penser à une association de
couleurs ou de matières, comme
cette petite bourse ancienne et
ces plumes d’aigrette qui lui ont
évoqué Sarah Bernard. Elle peut
aussi vouloir représenter une personnalité,
comme Arlequin, donc
des couleurs et des motifs en rapport.
Combien de temps lui faut-il
pour en fabriquer un ? « Le temps
qu’il me plaise, qu’il soit réussi »,
répond-elle. Les plus simples vont
lui demander quelques heures,
jusqu’à une semaine ou plus pour
les grandes pièces. Elle travaille
souvent sur deux créations en
même temps. Ses masques ont
déjà beaucoup voyagé, jusqu’au
Japon et au Québec, dans le cadre
du jumelage avec Bordeaux, où
elle vit en alternance avec Claouey
sur la Presqu’île de Lège-Cap-
Ferret. Tous ses masques sont
portables. Il lui arrive de travailler
sur commande pour des clients
qui veulent un masque assorti à
leur tenue, mais elle crée surtout
des masques de décoration. Et en
30 ans, elle en a fabriqué des centaines,
peut-être un millier !
[ A.D. ]
Visites de son atelier à Bordeaux sur
rendez-vous au 06.76.32.48.26.
LÈGE-CAP-FERRET. Peintres, sculpteurs, photographes, maquettiste, dentellière et autres artisans d’art ont
exposé au Salon du Violon d’Ingres. Zoom sur la “Divine comédie”…
Trente artistes au Salon du Violon d’Ingres
Avec ses masques, loups et face-à-main montés sur bâtons,
Maïté Amiell a « envie de faire rêver »…
Deux pièces jouées à Gujan
Les 7 et 8 juin, la salle des fêtes de Gujan vivra à l’heure du théâtre. Ce week-end s’articulera autour de deux spectacles. En
première partie la section atelier théâtre jeune 8 - 12 ans de V.L.J jouera “La machine à remonter le temps”, succession de scénettes
historiques qui n’ont rien d’historique ! Une pièce sous la direction pour la mise en scène d’Anne Béreaud et de Sébastien
Farbos. En deuxième partie, “Les famous martini” avec une reprise de la pièce “Plus si affinités” de Pascal Légitimus et Mathilda
May interprétée par Cécile Dubourg et Frédéric Brossard, mise en scène de Anne Béreaud.
Il s’agit d’un florilège de tableaux déjantés sur le thème de la rencontre entre un homme et une femme et ses combinaisons à
l’infini : Du speed-dating à la rencontre dite du « Mauvais Timing «, du coup de foudre à la rencontre ratée, tout y passe. Cécile
Dubourg et Frédéric Brossard interprètent à eux deux plus d’une vingtaine de personnages... Une galerie de portraits où chacun
cherche/trouve l’Autre sans le savoir, sans le prévoir, sans s’en apercevoir et parfois même sans le voir... Les spectacles débutent
à 20h30 le samedi 7 juin pour la première partie et 21h30 pour la deuxième. Le dimanche à 15h pour la première partie et
16h pour la deuxième.
Le tarif est de 6 € adultes et 3 € pour les enfants de moins de 12 ans que ce soit pour un spectacle ou pour les deux ! (la billetterie
rouvre entre les deux pour ceux qui ne veulent voir que la deuxième partie). Rens. 06.99.75.85.89 ou 06.20.28.80.71
THÉATRE
Les auteurs
Romans policiers : Thomas
A r d e n , S t é p a n i e B e n s o n ,
Richard Birkefeld et Göran
Hachmeister, Thierry Bourcy,
Didier Daeninckx , Jeanne Faivre
d’Arcier, Sébastien Gendron,
Hervé Le Corre, Marin Ledun,
Dominique Manotti,Claude
Mesplède, Alain Poirrier, Roger
Martin, Danielle Thierry, et Sylvie
Escande (auteure d’un essai
sur Chester Himes).
Auteurs de BD : JC Bartoll, Paul
Ceppi, Nathalie Bernard, Mako,